Consommer moins cher grâce aux comparateurs

Les effets de la crise sur nos modes de consommation

Grâce à internet, les consommateurs ont accès à une incroyable mine d’informations sur les produits ou services qu’ils recherchent. La multiplication des sites e-commerce couplé à la puissance des communautés d’acheteurs ont complètement changé la donne en matière d’achat en ligne. Les consommateurs ne sortent plus la carte de crédit automatiquement (à raison) dès la première visite sur un site marchand. Ils lisent les avis des autres internautes, comparent les produits en switchant d’un onglet à l’autre, fréquentent les forums, s’inscrivent aux newsletters et recherchent même des coupons de réduction en quelques clics. Même s’ils n’y parviennent pas toujours, les marchands doivent redoubler d’efforts pour attirer le chaland et convertir son trafic en vente.

En période de crise économique, le client a tendance à contrôler son budget plus minutieusement. Son attention se porte de plus en plus sur le prix alors qu’auparavant, il était prêt à accorder une somme un peu plus importante pour un produit de qualité supérieure. Cette recherche effrénée du bon plan, de la bonne affaire, traduit à elle seule le succès des comparateurs sur internet depuis plusieurs années.

Des comparateurs dans tous les secteurs

Que ce soit pour les produits de grande consommation ou les services, les comparateurs occupent la plupart des marchés grands publics. Même s’il est utile pour l’internaute, il ne faut pas oublier que le comparateur est généralement un site édité par une entreprise et qui a des objectifs commerciaux. Le comparateur génère du trafic ciblé en masse grâce aux moteurs de recherche, les réseaux sociaux ou via des bases e-mailing, pour ensuite revendre ce trafic aux annonceurs. Sa rémunération varie en fonction du service et de ses objectifs : il peut se payer au clic, au formulaire ou en pourcentage de la vente réalisée par son biais. Quelques exemples de comparateurs :

 – Shopping : LeGuide.com

La référence des comparateurs de prix. Présent dans 14 pays européens, LeGuide.com génère une audience de plusieurs dizaines de millions de visiteurs chaque mois. Plus de 80.000 marchands y sont référencés, ce qui totalise plus de 150 millions de produits.

– Assurances : LesFurets.com

Comparateur d’assurances. LesFurets.com met en concurrence les compagnies d’assurance afin d’obtenir le tarif le plus compétitif. Si vous le souhaitez, le site peut vous mettre en relation avec une compagnie par une demande de devis gratuit. Le site compare les assurances auto-moto, habitation et mutuelles.

– Crédit auto : ComparateurCreditAuto.fr

Comparateurcreditauto.fr propose aux internautes de comparer les offres de crédit auto sur internet et de réaliser une simulation gratuite. Outre les conseils et fiches pratiques, le site est un véritable guide en ligne du prêt automobile. Le comparatif et la simulation sont des étapes indispensables afin de trouver le taux le plus avantageux pour son crédit.

– Voyages : Easyvoyage.com

À la fois comparateur de vols et portail communautaire, Easyvoyage.com permet de rechercher un vol ou un séjour en temps réel. En fonction de la destination de départ et d’arrivée, le site interroge ses voyagistes partenaires et affiche les tarifs et les disponibilités en quelques secondes. Les offres sont triées par prix, du moins cher au plus cher.

Les comparateurs sont-ils toujours transparents ?

Soyons clairs, un comparateur ne compare que les offres qu’il référence. Autrement dit, les produits ou services mis en avant proviennent des annonceurs qui ont payé pour être présents. L’objectif du comparateur est de mettre en place des partenariats avec l’ensemble des acteurs qui couvrent son marché, même s’il est rare que ce soit vraiment le cas. Il y a quelques temps, une polémique a été déclenchée contre les comparateurs d’assurances, accusés selon le Comité consultatif du secteur financier de favoriser certains assureurs issus de leur groupe dans le classement des résultats. Même constat chez certains comparateurs de prix accusés de favoritisme pour avoir redirigé les internautes vers l’offre la plus rémunératrice pour eux.

Pour montrer leur bonne volonté à stopper ces pratiques, les principaux comparateurs ont accepté de signer la «Charte comparateurs» de la Fevad qui les engage à la neutralité et à la transparence. Ce label, qui atteste du caractère aléatoire des résultats de recherche, renforce la confiance entre le site et le client.